Aurorae Predatoris Index du Forum
Aurorae Predatoris
Semper Predatoris
 
Aurorae Predatoris Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: I hear voices in my head... ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Aurorae Predatoris Index du Forum -> Aurorae Predatoris -> Général
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Verosh
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 19 Juil 2010
Messages: 20

MessagePosté le: Mar 3 Aoû - 19:18 (2010)    Sujet du message: I hear voices in my head... Répondre en citant

Bien que je reste habituellement fermé sur mon passé et sur mes épreuves, il me semble normal que vous ayez connaissance de cette histoire.
Cette histoire commence par un lien, un lien spécial, inébranlable, immuable, une fraternité : Xersh et moi sommes du même sang.

Mon histoire commence il y a de cela des années, alors que les humains restaient encore cantonnés à Hurlevent, alors que Zalazane était encore premier conseiller de Vol'Jin. Pour Xersh et moi, c'était une époque heureuse, nous vivions à Sen'Jin et passions nos journées à Orgrimmar, que ce soit pour y travailler ou pour y faire nos 400 coups... La ville entière nous connaissait, et, quelque part, nous appréciait ( sauf ce pauvre Gamon, roué de coups après tenté de voler la taverne... )

Notre père s'appelait Kor'tesh, Seigneur de Guerre au service de la Horde, il était à la tête d'un commando de Kor'kron d'élite surentrainé afin de servir de première ligne en cas d'attaque. Quant à mon frère et moi, et bien nous travaillions à la Herse, pour des amis de notre père qui avaient acceptés de nous prendre comme stagiaires : Xersh travaillait pour les "Artisans de cuir de Kodo", moi pour la boutique d'enchantement situé au nord de la Herse.

Parfois, quand nos employeurs étaient de bonne humeur, nous étions lâchés quelques heures en avance, là, nous nous livrions à nos activités préférées : celles de la Faille de l'Ombre. Pour ceux qui la connaissent et qui prennent le temps d'observer, cette Faille au coeur d'Orgrimmar est bien plus qu'une zone à démonistes, c'est un véritable centre d'activités illégales en plein milieu de la cité. Pour ma part, j'assistais aux combats qui s'y déroulaient, Xersh allait plus loin, apprendre à créer des poisons plus ou moins puissant... qu'il testait occasionnellement sur moi.

En somme, hormis quelques passe-temps en marge des lois, nos vies se déroulaient paisiblement, et j'aurais aimé qu'elle continue ainsi. Mais il en fut autrement.

Je me souviendrai toujours de cette journée, qui avait si bien commencé, par le plus beau combat qu'il m'ait jamais été donné de voir : le champion en titre de la Faille, un orc du nom de Hortag, combattait contre le tauren le plus grand que je n'avais jamais vu. Au cours de mes voyages, il m'est arrivé de le revoir, et chaque passage m'étonne autant que le précédant. C'était un véritable géant, même pour son peuple, et c'était un atout pour les combats. Il répondait au nom de Kâne, et c'était sans doute le seul tauren pour qui la guerre était une échéance, et non un échec.

Le combat, bien que spectaculaire, fut bref, et j'appris plus tard que les blessures qui en résultèrent avaient tué Hortag. Kâne était d'une puissance incroyable. Mais, alors que l'organisateur allait anoncer le nom du vainqueur, un bruit sourd retentit dans toute la ville. Au bruit céda le silence, et la stupeur pris place. Ce bruit, tous le connaissait, c'était celui des tambours de guerre. Puis, à son tour, la stupeur céda à la panique, Orgrimmar était noyé dans les cris, les hurlements, et les ordres qui fusaient.

Je me précipitais hors de la Faille, pour tomber face à mon père. Il n'a rien dis, mais ces yeux parlaient assez, on y lisait le déshonneur et la deception. Ce regard fut le dernier qu'il me porta jamais. Je retrouvais Xersh un peu plus loin dans la herse, aux nouvelles auprès du hurleguerre. Ce dernier nous appris que les humains avaient débarqués au sud de Tranchecolline, et qu'ils batissaient déjà un fort. Je tentais de mon convaincre que notre père et ses hommes allaient les repousser, allaient vaincre, mais un sentiment de malaise s'empara de moi. Peut-être était-ce dut à ce regard ? peut-être n'était-ce rien...

Orgrimmar fut isolée dans l'heure, interdiction formelle d'entrer et de sortir. Dans la soirée, nous eûmes enfin des nouvelles des Kor'krons, tous étaient morts, tous sauf un, un orc du nom du Kunrteg. Je n'arrivais pas à y croire, Kor'tesh ne pouvait avoir été vaincu... Xersh alla voir ce guerrier... il confirma les rumeurs, ils avaient tous été tués en tombant dans une embuscade, notre père était le seul survivant, mais il avait été capturé, et certainement torturé avant d'être tué.

En cet instant, quelque chose en moi changea. Une force pris forme, une voix pris place. Une voix qui dans ma tête, une voix qui me parlait, une voix qui me disait : "tue". Et cette voix, j'étais bien décidé à l'écouter. Sans en dire un mot à qui que ce soit, je profitais de la nuit qui suivit pour sortir de la cité, contournant les gardes et les sécurités, j'arrivait dehors sur la route menant à Tranchecolline.

"Et tu comptes aller loin comme ça ?"

Je me retournais, Xersh était là, dérrière moi, près à me suivre, comme un frère qui, lui aussi, était orphelin. Je restais silencieux, la rage qui me possaidait ne me permettais pas de parler, encore moins de me justifier. Ca, Xersh le compris en me voyant, mais il était quand mêm près à me suivre, pour notre père, pour la Horde.

Nous partîmes en direction du Fort de Tiragarde, les humains avaient déjà bien avancé leur construction, et semblaient vouloir rester un moment en Durotar. cette annalyse, je la fis après-coup. Nous nous raprochâmes, lentement, en restant à l'abris dans les ombres qui n'avaient plus aucun secret pour nous ( surtout pour lui ). Arrivés à quelques mètres du Fort, à couvert dérrière la roche rouge qui caractérisait la région, Xersh me décris l'installation. Mais peut m'importais. Cette voix refusait de se taire, elle gagnait en puissance, me transmettait son envie, sa rage, sa haine; Elle me disais :"tue-les ! Tue-les pour ce qu'ils t'ont fait ! TUE-LES !"

Cette voix, j'allais l'écouter. Sous le regard effrayé de Xersh, je me levais, à la vue de tous les humains du Fort, des éclairs crépitaient le long de mes doigts. En un hurlement, la fourde jaillit hors de moi, tuant sur le champ l'humain le plus proche. Puis le feu tua le suivant. Xersh, dans un élan de cohésion fraternelle, se jetta avec moi dans la mélée, tuant plusieurs de ces envahisseurs, sans toutefois y mettre autant de haine et de rage que moi. Une véritable tempête se déchaina, dans mon corps, dans mon âme, et sur leurs vies.



Fin du tome 1, le tome 2... plus tard :p
_________________
It's clear that you're fear is so near me because I see the look on you're face


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 3 Aoû - 19:18 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Aurorae Predatoris Index du Forum -> Aurorae Predatoris -> Général Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com